AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Dim 10 Nov - 14:50

Quitter un château pour un château.
Au loin, les murs insondables de Poudlard se dressaient déjà, promesse d'un savoir puissant et tout ce qu'il y avait de plus intéressant. Le monde changeait par la magie, et contrôler la magie, c'était contrôler le monde, le pouvoir était le pied du monde, pied qui pouvait se révéler ronger des utilisateurs indignes de ce dernier. Comme le Nidhogg qui ronge les racines de l'arbre d'Yggdrasil, certains sorciers faisaient honte à la magie, et par un simple pressentiment, Valen savait que l'école en serait remplie.
Le chemin qui mène à la puissance est long et semé d’embûches, mais il n'est pas inaccessible à qui se donne la peine de bien vouloir l'emprunter.
Les murs se rapprochaient, ou peut être était ce le cortège de sorciers qui avançaient jusqu'à eux, oui c'était peut être plus logique. Toutefois Valen avait cet impression d'être immobile dans le temps, souhaitant le stopper à tout prix, il angoissait quelque peu de se retrouver seul là bas, à devoir défendre son nom que peu connaissaient évidemment.
Seul ? Non pas vraiment. Il y avait sa sœur et sa suivante, mais depuis quand deux femmes défendaient un emblème ? Ça n'avait pas de sens.
De toute évidence, le monde est entre les mains des puissants, restait à savoir si le jeune Fawley courait après le monde … ou ce que sa domination impliquait.

Un regard inquiet vers l'horizon qui n'avait jamais été aussi trouble. En s'attardant sur ses proches, Valen trouva là des réactions bien différentes de la sienne. Sa sœur trépignait d'impatience, jouant méthodiquement avec sa baguette, signe qu'elle avait une envie intense d'apprendre. Juri, elle, semblait fermée, inexpressive, elle ne laissait rien transparaître, pas d'inquiétude, pas d'impatience, un vide insondable dans ses yeux, pareil à un miroir, empêchait que l'on puisse lire ses pensées à travers le prisme de son âme. Lorsqu'elle remarqua que son maître la regardait elle esquissa un sourire charmeur et poli, attitude qui contrastait avec celle de quelques instants auparavant. Et puis il restait une personne, Sylvanas Yaxley, épouse Fawley.
Cette dernière adoptait un air décontracté,étonnamment calme et pourtant comme agacée. Il ne s'agissait certainement pas de perdre ses enfants pour un an qui la contrariait alors qu'était ce ? Là encore, difficile à dire pour Valen qui ne semblait pas si bien la connaître. Cette femme était à la fois puissante et mystérieuse, protectrice sans être étouffante ; elle était un paradoxe vivant, un paradoxe si intriguant …

Lorsque les silhouettes des fondateurs furent visibles, le ciel commençait à s'assombrir, et le temps devenait inexorablement plus rapide. L'angoisse montait chez Valen qui ne pouvait plus décrocher un mot, se contentant de caresser machinalement son fléreur noir.
Et puis le cortège s'immobilisa à quelques mètres des dirigeants de Poudlard … là, la mère descendit, et Valen observa discrètement la scène par la fenêtre de la calèche.
Elle salua les fondateurs et dut probablement leur indiquer de qui il s'agissait, peut être même connaissait elle un des quatre, il ne savait pas vraiment.
On fit descendre les bagages, et on s'occupa des affaires avant de laisser les trois jeunes aux mains de leur tutrice ou mère pour les dernières instructions.
Ainsi, elle s'approcha en premier de Valen, lui délivrant son message de manière claire et sur un ton des plus profonds.

« Valen, je sais ce que tu penses de cet endroit. Tu y apprendras ce que l'on juge que tu as à apprendre … pour le reste, tu sais ce qu'il en est.
Souviens toi de ton sang, de ce qu'il implique. Souviens toi de ton nom, et prends confiance en toi. »


Elle lui déposa un baiser sur le front, avant de s'adresser à sa fille puis à Juri, prenant les demoiselles à part ce qui mit le jeune homme un peu mal à l'aise.
Alors vint le moment des adieux. Ces derniers furent brefs, très brefs, trop au goût de l'adolescent qui vit partir là cette figure maternelle qu'il avait toujours souhaité chérir.
Ainsi s'organisait la vie du château, le début d'une nouvelle vie pour Valen Fawley.



****************************************



Le repas du soir, à la fois calme et si amer.
Jamais nourriture si bonne fusse aussi désagréable à Valen. Il se murait dans un silence profond alors que plusieurs questions se bousculaient dans son esprit.
Pourquoi avait elle attendu pour le scolariser à Poudlard ? Pourquoi ne pas continuer sa formation elle même ? Pourquoi l'envoyer là ? Pourquoi, pourquoi pourquoi …
Qu'est ce que Poudlard allait lui apporter de plus que sa mère ? Ou d'autres membres de sa famille du coté de sa mère. C'était incompréhensible, même si elle le faisait pour de bonnes raisons cela restait particulièrement obscur.
Cette école ne lui semblait pas particulièrement intéressante et il jugeait que la connaissance se gardait avant d'être enseignée à un sang donné. En d'autres termes, pour lui tout n'était qu'une question d'héritage. Pourquoi partager la puissance ? Il devait bien y avoir une bonne raison pour que quatre sorciers décident de faire savoir commun avec des élèves.

Contrairement à lui, sa sœur semblait plutôt bien s'intégrer, ayant achevé son repas relativement vite, elle était en train de discuter. Au fond de lui, il lui en voulait un peu de l'abandonner comme ça, elle était bien plus à l'aise que lui dans tout ce qui était relation sociale, sa timidité d'adolescent complexé et réservé ne jouait pas en sa faveur, l'empêchant ainsi de discuter avec d'autres élèves.
La petite s'amusait, lui subissait … est ce qu'elle comprenait vraiment tout ce que cela impliquait ? Non, bien sûr que non, le sang ne lui parlait pas, vraiment pas.
Bien évidemment, à cette pensée, il ne put réprimer un soupir.

« Quelque chose ne va pas ? »

Juri lui avait demandé ça avec un air plutôt naturel. Tiens, comment prenait elle les choses d'ailleurs ? Étrangement, il ne lui avait pas accordé la moindre attention depuis qu'ils étaient arrivés, et pourtant elle avait mangé en face de lui.
Haussant les épaules, ne la regardant pas dans les yeux pour lui répondre.

« Je sais pas trop …

_ Vous ne vous plaisez pas ici ?

_ Pas vraiment.

_ C'est le temps que mon sire s'habitue aux lieux.

_ Peut être. »

Il fallait y croire. Un nouveau soupire ponctua cette discussion, la terminant ainsi. S'accoudant à la table, le jeune Fawley se demanda comment tout cela allait évoluer.
De plus, il ne connaissait pas le fonctionnement de l'école, il ne savait pas si sa servante allait être continuellement avec lui ou non. Vraiment cet endroit était presque synonyme de bagne.
La magie a un prix, toujours … il le payait maintenant.

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"


Dernière édition par Valen K. Fawley le Sam 7 Déc - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alwin T. Gaunt

Cinquième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Lun 11 Nov - 18:57

Alwin avait passé la journée sur la route pour l'école, du moins c'était ce que l'on pourrait penser, mais c'était son cheval qui avait fait cela. Lui était à nouveau ailleurs. Ses parents l'accompagnaient dans son voyage. Mais il était tellement fou que personne ne pouvait le remarquer réellement. Ses frères avaient des soucis avec lui. Il tentait de faire de son mieux pour ne pas partir ailleurs mais c'était impossible de se contrôler. Il n'y arrivait pas. Son monde se résumait à voir des ombres parfois qui suivaient des gens, comme pour la Dame qu'il avait vue. Dame qui avait un enfant qui entrait dans cette école qu'était Poudlard. Et bizarrement il eut un frisson en voyant les ombres. Elles étaient maléfiques. Donc le garçon était peut-être aussi maléfique qu'elle. Les ombres semblaient vouloir les maudire. Et lui était qu'un étrange spectateur. En tout cas il oublia tout cela le temps de dîner. Il était installé près de ses gens bizarres, maudits. Et il entendit la conversation et eut un sourire désabusé.

"- Un maudit ne peut pas apprécier ce lieu. Les ombres vous rattraperons et votre vie sera marquée du sceau de la mort."

Il était ailleurs en disant cela, comme si la personne n'était pas là, cette personne qu'il insultait de maudite. Seulement c'était son état normal et beaucoup le savait. C'était peut-être pour cela qu'il n'avait pas d'amis ? Et puis il devait prendre rendez-vous avec l'infirmière pour parler de ce petit soucis. Il l'avait promis a ses parents. Oui ils sont morts ... Mais il leur parle tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Mer 13 Nov - 18:06

Beaucoup d'élèves étaient heureux de se retrouver à Poudlard et ça Valen ne le comprenait pas vraiment. Que cherchaient ils à fuir réellement ? Il n'y avait quand même pas autant de fils de non-sorciers quand même ? Si c'était le cas, le monde magique, et de ce fait Poudlard, était voué à la décadence. À vrai dire, le jeune garçon n'y croyait pas vraiment à l'avenir de cette école, tout le monde venait d'un horizon différent, ce qui rendait l'apprentissage impossible. Vrai, comment adapter sa méthode à autant d'élèves ? C'était injouable, d'où l'utilité d'un mestre ou d'un mentor pour l'apprentissage de la magie … sa mère lui faisait perdre son temps.
Toutefois, il était vrai que les élèves de basse naissance ne pouvaient pas obtenir la connaissance par eux mêmes et qu'une école résolvait bien des problèmes, mais cela ne perturberait il pas l'ordre naturel des choses ? Valen pensait que si, à juste titre sans doute, la noblesse avait toujours craint en secret que le peuple se rebelle, mais on était loin de ces considérations, impensable pour la mentalité de l'époque.

Enfin, il avait hâte de voir à quoi ressemblait les cours, et à quoi ressemblaient les fondateurs aussi, disait on que Salazar Serpentard était un excellent sorcier, peut être le plus puissant au monde ...la curiosité du jeune Fawley le titillait, mais sa timidité maladive le poussait à rester dans son trou.
Que lui enseignerait on ? Quelle magie ? Jusqu'à quel niveau ? Tant de points à éclaircir pour si peu de résultats jusqu'à lors.
Ignorant ces considérations, il resta plongé dans ses pensées jusqu'à ce qu'il jette un regard à sa sœur qui elle s'amusait avec d'autres sorciers. Curieuse époque que la benjamine s’accommode là où le cadet ne peut rien faire.
Soupire …

"- Un maudit ne peut pas apprécier ce lieu. Les ombres vous rattraperons et votre vie sera marquée du sceau de la mort."

Tiré de sa rêverie par cette phrase étrange, il identifia l'auteur de cette dernière comme étant un jeune homme un peu plus âgé que lui assis un peu plus loin. S'il resta un moment interloqué, ce n'était pas tant par timidité, mais plus par surprise. Quelqu'un venait de lui adresser la parole ? Pourquoi ? Et qu'est ce que quelqu'un s'adressait à lui ? Il ne connaissait pas ce jeune homme. Et que voulait dire cette insinuation des plus … étranges ; et déplacée d'ailleurs.
Sans rien répondre, évitant de regarder l'autre dans les yeux, il détailla son habit rapidement en plus de son visage. Un illustre inconnu qui portait sur lui un air que l'on avait pas souvent l'habitude de voir, et Valen n'aurait pas su dire d'où il connaissait ce petit quelque chose caractéristique des aliénés.
Ne sachant quoi répondre, il fut moins vif que sa servante qui rétorqua froidement à ce même jeune homme :

« Les usages veulent que l'on se présente avant de parler à une autre personne … ne vous a t'on rien appris quant aux règles de savoir vivre ?»

D'abord gêné par cette remarque, le jeune Fawley s'adressa à elle calmement, ignorant son vis à vis de conversation.

« Laisse Juri … ce n'est rien.»

Délaissant du regard la demoiselle, il se tourna vers le jeune homme, inclinant la tête en guise de salut, il lui parla toutefois d'une voix timide et pourtant bien posée.

« Valen Fawley, enchanté.»

Il tint toutefois à éclaircir la situation.

« Je ne vois pas ce que vous voulez dire ...

_ C'était totalement hors de propos et injustifié. »

Juri avait tenu à défendre l'honneur de son maître, maître qui n'accordait que peu d'importance à ce genre de détail. En effet, il préférait s'attarder sur le contenu plutôt que sur la forme, cette dernière n'étant qu'un bel enrobage pour contenir une surprise déjà connue.
Qu'est ce que cela signifiait ? Était il devin ? Ou un autre de ces charlatans qui prétendaient lire l'avenir … étrangement Valen n'y croyait pas.
L'autre était intervenu pour une bonne raison, et visiblement, le contenu était peu engageant. Mauvaise première impression ? Non, c'était totalement gratuit et injustifié, alors pourquoi diable prédire ce genre de choses ?
Le sceau de la mort ? Était ce une formulation alambiquée ou plutôt une réalité ? De quelles ombres parlaient ils ? C'était plutôt obscur comme entrée en matière.

« Pouvez vous préciser votre pensée ? Je ne vois pas vraiment de quoi il en retourne ...»

Sa scolarité commençait plutôt bien … quelle charmante première impression.

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"
Revenir en haut Aller en bas
Alwin T. Gaunt

Cinquième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Mer 13 Nov - 20:02

Les phrases d'Alwin semblaient avoir eut un impact chez les personnes autour de lui. Il y avait ceux qui étaient déjà là l'année d'avant qui eurent un regard voilé. Et les nouveaux qui ne comprenaient pas. Pourtant il suffisait de voir à quel point certaines personnes, un peu plus âgées que lui semblaient frisonner à ses mots pour comprendre que ce n'était pas une chose anodine dans ses paroles. Et la jeune femme qui était avec le jeune homme visé par ses paroles commença à parler pour défendre ce dernier. Elle n'était qu'une chose sans importance pour Alwin. Et il le fit comprendre avec un regard froid et une autre petite parole.

"- Les vendues devraient apprendre le silence. La mort n'est pas très regardante sur l'âme, tant qu'elle est liée à cette famille."

Et il les laissa encore parler et l'enfant se présenter. Il était un Fawley, et cela ne disait pas grand chose à Alwin car il ne s'intéressait pas vraiment aux noms de familles mais aux ombres. Depuis peu il tentait de comprendre pourquoi ses ombres apparaissaient de plus en plus dans sa vie. Et l'homme ne comprenait pas de quoi il en retournait. Il se devait de l'expliquer sans paraître totalement fou.

"- Alwin Gaunt, et je ne suis pas enchanté de vous rencontrer. Vous avez des ombres qui vous suivez monsieur Fawley et surtout votre mère. Elles sont là a attendre que l'on puisse les aider pour se venger ... "

Bon il avait encore des améliorations a apporter à son discours mais au moins il avait donner les informations les plus importantes pour faire comprendre ce qui se passait. S'il ne le croyait pas ce n'était pas grave car son message était passé. Et il ne devait pas être le seul a voir des choses ... Enfin il espérait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Sam 16 Nov - 14:30

Ce jeune homme était très étrange, si bien qu'il attisait la curiosité de Valen. Ses phrases, toute plus énigmatiques les unes que les autres, n'attendaient pas de réponses mais suscitaient une certaine forme de passion qui enrobait le mystère d'un drap soyeux, drap que l'on souhait s'empresser d'ôter. À la fois irrationnel et bien présent, il tenait un discours que personne ne semblait réellement comprendre à part lui. Un maigre coup d’œil sur son entourage permit au jeune Fawley de ne pas s'en inquiéter, bizarrement il était le seul à qui il avait adressé la parole depuis le début du repas. Entre rebuts probablement …
Il semblait toutefois horripiler Juri qui commençait à sérieusement penser à user de ses mains pour autre chose que manger, mais elle n'en fit, prenant ses ordres de Valen, elle comprenait chaque regard de son maître et voyait parfaitement où il voulait en venir, dix ans de vie commune l'avait rendu particulièrement attentive au moindre signe de son sir, elle pouvait comprendre un ordre complexe.
Alors quand ce dernier la provoqua une énième fois, elle ne put s'empêcher de réagir, et ce même malgré l'interdiction tacite de son sir.

"- Les vendues devraient apprendre le silence. La mort n'est pas très regardante sur l'âme, tant qu'elle est liée à cette famille."

Ses mains se crispèrent sur la table, son regard devint sombre, teinté d'une violence qu'elle tentait de réprimer. Premier jour et voilà déjà que l'on pointait du doigt celui qu'elle servait, l'envie débordante de se battre avec cet inconnu grandissait en elle. L'espace d'un instant, elle envisagea de sortir sa baguette pour la fourrer contre la gorge de blanc-bec et de le vider de son sang, envie qui fut évanouie par le regard de supplication de Valen qui ne souhaitait pas se faire remarquer, cette discussion était déjà de trop pour lui.
Pourquoi avait il fallu qu'il parle avec le plus dingue de l'école ? Pourquoi ce mec avait il jugé nécessaire de s'adresser à lui et de cracher son venin ? Ça n'avait pas de sens. Était ce le bizutage du nouveau ? Probablement pas, Juri n'y avait pas eu droit et c'était tout juste si cet inconnu souhaitait la considérer, alors pourquoi lui ?
Cela le dérangeait de parler avec lui, et à la fois il était curieux de savoir ce qu'il avait à dire, sa timidité l'empêchait toutefois de pleinement s'exprimer, il était jeune et n'avait personne ici à part sa famille … il devait se faire des amis bien que sa mère lui ait plutôt indiqué de ne considérer que les enfants de sorcier, il se demandait bien si ce jeune homme était vraiment fréquentable.

"- Alwin Gaunt, et je ne suis pas enchanté de vous rencontrer. Vous avez des ombres qui vous suivez monsieur Fawley et surtout votre mère. Elles sont là a attendre que l'on puisse les aider pour se venger ... "

Là encore, la jeune femme en face de Valen se crispa, se retenant, elle commençait à rougir de rage, prenant sur elle un maximum, elle n'avait pas pour ordre de se battre, elle ne le ferait pas. Et bien, elle était une demoiselle, la coutume voulait qu'elle n'ait pas à se battre.
Pas enchanté ? C'était bien là le signe d'une impolitesse chronique, il ne devait pas être de noble naissance ce malotru, ou alors il n'était pas digne de son sang, sorte de bâtard que l'on avait amené là comme bête de foire pour s'en débarrasser.
Des ombres qui le suivaient ? Quelles ombres ? Et quel était le rapport avec sa mère ? Réclamer vengeance pour quoi ? Tant de questions que le jeune Fawley taisait sous peine de littéralement harceler son vis à vis et de manquer de paraître plus impoli que jamais. Même si son compère de discussion semblait l'être, il n'y avait aucune raison pour que le jeune homme manque à son enseignement de noble naissance, classe et distingué en toute occasion.

Lorsqu'il jeta un coup d’œil à sa sœur, il s'aperçut qu'elle n'avait pas remarqué la discussion, aussi, il reposa ses yeux verts sur Juri, lui demandait implicitement de s'enquérir de la demoiselle. Elle ne risquerait plus de compromettre la discussion, et son sir n'était plus un enfant, il fallait qu'elle accepte les ordres, il était en âge de choisir par lui même. Elle se leva donc pour retourner plus loin, ne manquant pas de respirer fortement et de jeter un regard mauvais à cet Alwyn Gaunt qui la dérangeait tant.
Alwyn Gaunt … Valen connaissait de nom cette famille, les restes de son enseignement d'histoire lui revenant au compte gouttes. Les Gaunt étaient sang-purs, famille connue sans être éminente, elle perpétuait, un peu à la manière des Fawley, le sang sorcier sans vraiment prendre une importance capitale. Et pourtant voilà que cet Alwyn manquait à sa noblesse en de paroles si offensantes et déplacées. Noblesse de sang ne voulait pas dire noblesse de l'esprit ou noblesse de l'âme, c'était peut être là que le chemin des deux jeunes hommes se séparait.

Se remémorant les paroles de son interlocuteur, le jeune Fawley lui répondit alors, toujours sur un ton calme et un peu gêné :

«Qui sont ses ombres ? Pourquoi me suivent elles ma mère et moi ? Se venger de quoi ?»

Peut être n'était ce là qu'une farce, peut être pas. Valen Fawley avait toujours été quelque peu naïf et facilement influençable, mais sa curiosité le poussait à vouloir comprendre, quitte à passer pour un débile, il n'en avait que peu à faire, il était là pour apprendre, et peut être que la vie en société lui serait apprise ici.
En tout cas, ce cher Alwyn Gaunt était un énigmatique phénomène qui ne pouvait que susciter la curiosité et amener un questionnement.

D'un coté, Valen était tiraillé par une envie de savoir, et de l'autre une envie de ne pas en vouloir plus. Pourquoi ? La peur. Elle faisait beaucoup, et la crainte d'une malédiction sur sa mère et lui l'effrayait assez. Il ne connaissait que peu sa génitrice, mais pourquoi étaient ils maudits ? Ils n'avaient rien fait pour ça, du moins à la connaissance du gamin, et cela semblait très embrouillé.
Des ombres qui venaient se venger … pourquoi lui encore une fois ? C'était incompréhensible, peut être que cet Alwyn Gaunt était fou finalement … oui, Valen commençait vraiment à l'espérer.
Et si pour l'instant la curiosité supplantait la peur, il n'allait peut être pas toujours en être ainsi ...

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"
Revenir en haut Aller en bas
Alwin T. Gaunt

Cinquième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Dim 17 Nov - 11:03

Alwin était une personne polie en général mais cette fille était presque une insulte pour lui. Son attitude lorsqu'il laissa une phrase sybilline sortir pour attirer le jeune homme était trop pour lui. Il n'avait aucune envie de parlementer avec une servante qui était prête à tuer juste pour empêcher les gens d'ouvrir les yeux de son maître sur sa famille et les risques s'il n'est pas prêt. Alors il restait impoli et la laissait s'énervée toute seule. Le poisson était ferré et il se devait de lui délivrer le message des ombres, des morts. Et là il en été sûr car il en avait connu un ou deux de vue grâce à sa famille et ses vacances. Mais ce n'était pas le plus grave car elle disparut vers une autre personne abandonnant son maître aux bons soins d'Alwin. Il se tourna donc vers son interlocuteur laissant son regard lucide observer l'enfant face à lui.

"- Excusez-moi mais ce message ne devait vous être destiné qu'à vous et non à votre suivante. Elle a tendance à oublier qu'elle n'était qu'une servante et que certaines choses ne peuvent la concerner. Et ces réactions vont vous causer du tord si le message se réalisent risquant de vous tuer tout simplement."

Il prit une inspiration doucement avant de le regarder à nouveau pour délivrer le message inquiétant.

"- Les ombres attendent tapies dans l'ombre, suivant votre famille avec un acharnement tel que dès qu'une occasion de rencontrer une personne pouvant réaliser leur vengeance arrivera elles la prendront. Vous n'avez pas encore de sang sur vos mains. Elles vous surveillent et si une ombre s'attache à vous à cause d'une mort atroce elles ne vous laisseront aucune chance de vous en sortir. Faites attention à la pureté de votre âme. Si les ombres se lancent dans la vengeance, vous ne serez plus en sécurité dans cette vie."

Pourtant pour le moment le jeune Fawley avait une ombre protectrice. Seulement elle l'aveuglait sur les agissements de sa mère et cela était inquiétant. Il semblait vouloir suivre les traces de cette femme. C'était ainsi. Il avait délivré le message. Le reste ne serait que le choix de cet enfant. En tout cas Alwin retourna vers le dîner et son verre d'eau tranquillement. Il faisait attention à ce qu'il mangeait, ce qu'il buvait. Tout était surveillé pour tenter d'éviter les crises où ce monde n'existait plus, laissant la place à celui où sont ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Dim 17 Nov - 15:45

Disait on qu'il n'y avait qu'un pas entre le génie et la folie, c'était peut être le pas de trop pour ce garçon, Alwyn Gaunt.
Son attitude plus qu’ambiguë, laissait à penser qu'il n'avait plus toute sa tête, mais dans son irrationalité, on sentait une pointe d'intelligence, quelque chose qui incitait tout de même à l'écouter, chose que faisait Valen en cet instant.
Accordait il du crédit à ce que l'autre disait ? Oui et non, il considérait la chose sans vraiment le prendre au sérieux, une part au fond de lui qui criait à l'infamie alors que son esprit lui disait d'écouter, juste pour savoir, vous savez …
La lucidité n'était pas encore une qualité chez le jeune Fawley, toujours très naïf et peu porté sur les manipulations et malversations de ce monde, il écoutait ce qu'on lui disait, ne se permettant de juger qu'une fois seul, car jamais il n'aurait le courage de contredire quelqu'un, jamais, sa timidité l'empêchait et c'était quelque chose de plus viscéral qu'on pourrait le croire. Une forme de lâcheté peut être, ou un complexe provenant de son incapacité à se sentir à l'aise dans un endroit qui ne lui était familier. Le résultat d'une enfance où il avait été couvé plus que de raison.

"- Excusez-moi mais ce message ne devait vous être destiné qu'à vous et non à votre suivante. Elle a tendance à oublier qu'elle n'était qu'une servante et que certaines choses ne peuvent la concerner. Et ces réactions vont vous causer du tord si le message se réalisent risquant de vous tuer tout simplement."

Le jeune homme haussa les épaules, regardant sa suivante un peu plus loin tout en répondant à son compère.

«Elle ne pense pas à mal … elle est juste impulsive lorsqu'il s'agit de moi, ce n'est pas méchant. Dès que l'on sort un peu de ce qu'elle connaît, elle montre les crocs, l'époque s'y prête de toute évidence. Ce n'était pas dans ses intentions de vous offenser. »

Il ne cherchait pas d'excuses à Juri, il exposait simplement la situation à son interlocuteur. Vrai qu'à Poudlard, on avait pas vraiment l'air de faire de différences entre nobles et simples suivants, c'était peut être une volonté de la part des fondateurs, ou alors Valen n'avait tout simplement pas encore compris comment différencier les uns des autres. Peut être devait on s'attarder uniquement sur le vêtement ? Il ne savait pas trop.

Toutefois, l'homme le fixa avant de lui exposer une autre vision énigmatique.

"- Les ombres attendent tapies dans l'ombre, suivant votre famille avec un acharnement tel que dès qu'une occasion de rencontrer une personne pouvant réaliser leur vengeance arrivera elles la prendront. Vous n'avez pas encore de sang sur vos mains. Elles vous surveillent et si une ombre s'attache à vous à cause d'une mort atroce elles ne vous laisseront aucune chance de vous en sortir. Faites attention à la pureté de votre âme. Si les ombres se lancent dans la vengeance, vous ne serez plus en sécurité dans cette vie."

Les ombres suivaient donc sa famille, mais de quel coté ? Les Fawleys ou les Yaxleys ? Il était ici question d'une vengeance contre un sang semblait il, quelque chose de purement gratuit peut être ? La noblesse avait toujours attiré la convoitise, elle faisait bon nombre d'envieux sur cette terre, du petit serfs de bas étage au clerc grassement nourri par la papauté. Seul le sang bleu, le sang pur, n'avait pas de contre-partie, parce qu'il était d'ascendance noble, parce qu'il était synonyme d'excellence et de magie puissante. Les grandes lignées donnaient de grands sorciers, ce fait était bien connu.
Bien sûr qu'il n'avait pas de sang sur les mains, pas à son âge. Quel garçon de quatorze printemps avaient déjà tué ? C'était tout bonnement ridicule.
La pureté de son âme ? Mais il était pur, et le resterait le plus longtemps possible, c'était ce qu'il souhaitait. Au fond, il avait peur de perdre cette pureté que l'autre évoquait, il avait peur que le pouvoir et la magie le façonnent autrement que lui aurait aimé être. C'était aussi cela qui lui faisait craindre cette école qui allait le formater à coup sûr. Était il seulement en sécurité ici ? Il ne le pensait pas, il ne connaissait personne. Cet avertissement invitait très clairement à la paranoïa, comme s'il fallait regarder au dessus de son épaule à chaque instant pour vérifier qu'il n'y avait pas de traître avec un couteau derrière soi.
Peut être que cet homme était un paranoïaque après tout, ce n'était pas impossible. Fou, il voyait des ombres envieuses et machiavéliques qui tentaient de le tuer … c'était sûrement ça n'est ce pas ?
Mais pourquoi diable continuait il d'accorder du crédit aux dires de ce garçon … pourquoi ? Peut être parce que cela était tout bonnement possible.

Il ne connaissait pas si bien que ça sa mère, il l'aimait, c'était certain, mais pourquoi des ombres la suivraient elles ? Ce n'était pas le genre de femme à tuer, ça non. Non, ce n'était pas son genre n'est ce pas ? Il ne savait pas, cette conversation semait le doute dans l'esprit du gamin, jusqu'à ce qu'il en vienne à douter de sa propre mère, c'était indécent.
Non, il fallait remettre en cause ses idées préconçues, il fallait qu'il se fasse sa propre opinion, il ne pouvait pas prendre pour argent comptant les dires d'un inconnu.

Alors que ce même inconnu retournait à son repas, le jeune homme lui demanda d'une voix mal assurée :

«Vous pouvez communiquer avec ces ombres ? Enfin … je veux dire … elles vous parlent ? Pourquoi me surveilleraient elles alors que je n'ai rien fait ?»

Tout cela commençait à devenir diablement compliqué.

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"
Revenir en haut Aller en bas
Alwin T. Gaunt

Cinquième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Jeu 21 Nov - 10:16

Le jeune homme défendait la demoiselle qui l'accompagnait sans voir qu'elle était en train de détruire toute possibilité d'évolution du jeune homme. Et cela était assez désespérant.

"- Ses actions vous empêche de grandir pour développer votre esprit critique. Vous êtes tellement malléables que l'on pourrait vous faire devenir un assassin sans même que vous remarquiez la manipulation. Elle ne sera pas toujours là et doit apprendre à vous laisser vous défendre seul. Elle ne sera pas avec vous la nuit et l'on pourrait vous y assassiner sans aucun soucis."

Alwin savourait ses paroles. Personne ne cherchait à s'approcher de lui. Tout le monde le pensait malade car ses frères n'avaient jamais beaucoup de contact avec lui. Mais aussi ses moments d'absences avaient été une chose qui faisait encore plus fuir les autres. Et ce jeune homme qui n'avait pas encore tout comprit de la vie semblait pas non plus comprendre ce que le jeune Alwin lui disait.

"- J'arrive parfois à parler aux morts, mais surtout j'arrive à les voir. Et ceux qui suivent votre mère sont noirs. Ils sont accrochés à elle de manière si violente que j'en ai tiré la conclusion qu'elle est leur meurtrière. Et j'en ai connu un d'eux. Alors à votre avis pourquoi vont-ils avoir un oeil sur vous aussi ? A part car ils savent ce qu'elle a fait et cherchent à détruire le mal pour enfin partir en paix. Le monde ne s'arrête pas à la porte d'une maison. Et surtout une suivante aussi agressive que la vôtre va attirer le mal plus rapidement que vous ne le pensez."

C'était une chose de faite. Soit le jeune homme ouvrait les yeux, soit il allait mourir avant d'avoir atteint un âge avancé. Mais cela Alwin ne voulait pas le dire ce soir. Si ce jeune Valen remettait déjà en cause ce qu'il savait c'était une victoire. Il prit un dessert à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Mar 26 Nov - 16:41

Valen avait toujours vécu dans ce petit paradis qu'était son cocon, le quitter n'était guère appréciable pour lui, habitué à la routine, à vivre sans avoir à préparer les heures les unes à la suite des autres. Toute sa vie on avait choisi pour lui, même sa présence ici n'était pas de son fait.
Était ce de la manipulation pour autant ? Pas du tout, il n'était pas encore libre de ses décisions, il n'avait pas atteint ses vingt et un an, de ce fait il n'avait aucun droits, aucune indépendance.
Sa mère avait toujours bien choisi pour lui, elle savait ce qui était bon ou non pour son sang et elle le surveillait de près, alors pourquoi ces choix qui, par le passé, s'étaient révélés excellents, ne le seraient pas encore ? Jusqu'à l'attitude de Juri, le jeune Alwyn Gaunt semblait crier au complot.
Il n'avait probablement jamais vécu avec des domestiques, sa famille avait peut être un sang pur, mais il lui manquait une certaine éducation, un certain respect des autres. Peut être était ce propre à Valen ? Peut être pas. En tout cas il avait toujours attaché une grande importance à ne blesser personne, par politesse, par respect, pourquoi le juger et le condamner pour ça ?
Ça n'avait pas plus de sens que de prétendre voir des ombres …

"- Ses actions vous empêche de grandir pour développer votre esprit critique. Vous êtes tellement malléables que l'on pourrait vous faire devenir un assassin sans même que vous remarquiez la manipulation. Elle ne sera pas toujours là et doit apprendre à vous laisser vous défendre seul. Elle ne sera pas avec vous la nuit et l'on pourrait vous y assassiner sans aucun soucis."

Le jeune Fawley aurait bien ri s'il n'avait pas été tant surpris de cette réponse digne de la pire des prophéties vendues bon marché. C'était comme annoncer à un aveugle qu'un jour il verrait … mon œil aurait il sans doute répondu s'il avait fait preuve d'un peu de sarcasmes. Dans le cas présent, Valen n'en avait pas encore, la répartie étant loin d'être acquise à cause de son jeune âge.
Le traitait il de faible ? C'était ça, il le prenait pour un sorcier de seconde zone. Intérieurement, l'orgueil du jeune homme se réveilla, esquissant un sourire intériorisé, il se souvint de ce que lui avait dit sa mère quant à la magie … elle est puissance, et bien plus redoutable que la plus aiguisée des épées. Tout n'est qu'une question de volonté, quand on veut, on peut, il suffit de s'en donner les moyens. La magie était illimitée, elle offrait d'infinies possibilités, et bon nombre d'entre elles concernaient le duel.
Toutefois, elle avait tenu à ce qu'il n'en use pas à l'école, ou alors que si cela était nécessaire, ici il n'en était rien. Il mesurait la portée de ses actes avant de les commettre, ici il était inutile de s'en offusquer, il fallait rester calme, entier et se laisser faire. Plus tard, un certain français poète écrirait 'ce qui plie ne rompt pas' … et il avait bien raison.

Juri avait toujours servi fidèlement, et elle était plus qu'un larbin, elle était une amie. Alors peut être qu'ils seraient séparés un jour, pour l'instant personne n'avait émis l'idée qu'un jour ils puissent se quitter. Il n'avait pas encore eu le temps de rencontrer un des Quatre, mais il supposait que tout noble gardait son-sa servant(e) avec lui, en toute circonstance. Séparer l'esclave de son maître était impensable à l'époque, et l'envisager signifiait s'attirer les foudres de la monarchie … et personne n'avait envie de contredire le roi n'est ce pas ?
Qu'Alwyn ne s'inquiète pas, si Valen était peut être d'apparence fragile et naïve, il savait se servir d'une baguette, pour le reste il ne s'agissait que d'une question de temps.

"- J'arrive parfois à parler aux morts, mais surtout j'arrive à les voir. Et ceux qui suivent votre mère sont noirs. Ils sont accrochés à elle de manière si violente que j'en ai tiré la conclusion qu'elle est leur meurtrière. Et j'en ai connu un d'eux. Alors à votre avis pourquoi vont-ils avoir un oeil sur vous aussi ? A part car ils savent ce qu'elle a fait et cherchent à détruire le mal pour enfin partir en paix. Le monde ne s'arrête pas à la porte d'une maison. Et surtout une suivante aussi agressive que la vôtre va attirer le mal plus rapidement que vous ne le pensez."

Noirs signifiait malfaisants, mais qui vit du bien se fait haïr du mal n'est ce pas ? Celui qui ne parvient à détruire cherche à emporter dans la tombe celui qui l'a défait. De ce fait, Valen en concluait que sa mère était une femme de bien puisque hantée par le mal, cela tombait sous le sens, elle était une sorcière prudente et sûrement puissante bien qu'elle ne le montrait que peu. Et si cela était vrai, si elle les avait bien tué, elle avait sûrement bien fait pour que ce mal la hante, elle devait avoir tué d'immondes êtres, corrompus par la bête, possédés par ce qu'il y avait de pire. Alwyn ne comprenait pas qu'il ne fallait pas blâmer celui qui tuait pour le bien des autres, pour le bien de la magie, peut être n'était il que borné et qu'il ne cherchait pas à comprendre le pourquoi du comment, chose plus que possible, confère son comportement.
Oui Valen avait un avis, Alwyn était un être borné qui ne comprenait rien, amical et sans doute gentil, mais pas assez ouvert pour comprendre que certaines choses le dépassaient. Il avait bien le temps de s'en rendre compte, il devait grandir lui aussi … à moins qu'un sorcier bien moins patient que le jeune Fawley décide de mettre fin aux inepties constantes de ce pauvre bougre atteint de la maladie de l'esprit.
Et pis Valent tiqua.

Il en avait connu deux ? Deux ! Il était peut être avec eux et cherchait à les venger … mais alors pourquoi prévenir sa victime ? Ça n'avait pas de sens. Peut être avait il été dupé par ses êtres de vice. Oui c'était vraisemblablement ça, il avait assurément été pris dans leur jeu, là où la mère de Valen avait su le dépasser. Il était simplement frustré d'avoir été dépassé par plus puissant que lui. Rien de bien inquiétant sauf pour un être d'orgueil et un monstre d'égo …
Plus le jeune Fawley réfléchissait et plus il trouvait qu'Alwyn était une personne aigrie, qu'il était jaloux, irritable, en d'autres termes il était un garçon bouffi d'orgueil.
Il ne s'agissait pas de Juri, ni de sa mère, encore moins de Valen, il s'agissait de lui. Peut être avait il simplement fait ça pour se faire remarquer par les autres ; ces mêmes autres qui l'ignoraient depuis le début du repas.
Tout s'expliquait … dire que Valen avait été assez naïf pour croire ce qu'il disait, s'en était presque ridicule tellement tout cela était absurde et vide de sens. Ah voilà que tout s'expliquait. Mais rien n'était digne d'être jugé par ce petit être, il n'en voulait pas à Alwyn de chercher à recueillir un peu d'attention, peut être en manquait il, abandonné ici par sa famille, Valen comprenait ce qu'il pouvait ressentir, il l'imaginait sans mal.

Répondant par un sourire poli et simple haussement d'épaules, il tourna la tête pour voir Juri s'amuser de loin avec sa sœur, les demoiselles riant probablement suite à une boutade venue des autres filles de la table. Il n'y avait pas de mal en elle, juste de la bonne volonté, une volonté de bien faire, de servir correctement, de protéger, il n'y avait nul mal en cette attitude protectrice. Fusse t'elle sur ordre de sa mère, cela ne datait de l'entrée au château, elle avait toujours été ainsi, gentille, attentionnée, peut être même un peu trop c'est vrai, elle le couvait peut être trop, mais il n'y avait pas la moindre trace de mal en pareils actes. Elle n'attirerait pas le mal, ça non …
Le regard du cadet Fawley se reposa sur Alwyn, ne répondant rien à ce qu'il avait dit précédemment. Que dire ? Il n'allait pas lui dire qu'il pensait qu'il débloquait n'est ce pas ? Non il était trop poli pour ça. C'était d'ailleurs cette même politesse qui l'empêchait d'envoyer balader cet inconnu … alors il se contenta d'un simple :

«Nous verrons bien ...»

Après un sourire poli à l'attention de son interlocuteur, il ajouta avec un bref rire amusé :

«J'espère sincèrement que vous vous trompez.»

Ce petit rire amusé qui en disait long. Il tenait à sa mère, à Juri, et à tout ce que cela représentait. Le mal était loin de lui, on ne pouvait pas s'intéresser à un jeune homme naïf, peut être plus doué que les autres de son âge en magie, mais bien moins qu'un des professeurs ou des Quatre. Il n'aurait pas pareil destin, non, il allait vivre paisiblement, sans fioritures autres que sa noblesse et une servante. Il n'allait pas se saborder en paranoïa, il avait d'autres choses en tête … continuer de vivre dans son petit paradis.

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"
Revenir en haut Aller en bas
Alwin T. Gaunt

Cinquième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Mar 26 Nov - 19:22

L'autre homme ne le croyait pas et le pensait sûrement trop stupide pour ne pas le comprendre, aigri, manipulé. Mais en réalité il était aucunement aigri de l'abandon familial dont il semblait parfois faire preuve car il avait comprit que son don était important. Des morts pouvaient vous aider ou vous détruire. Tout dépend de votre manière de voir les choses. Et ce jeune Valen était trop stupide pour tout comprendre. Il se complaisait dans ses idées et tout se teintait de sa manière de voir le monde. Il était une cause perdue. Que les ombres le détruise. Et ce jour-là Alwin ne sera pas là pour rire de lui, car cette déchéance serait bien trop cruelle pour que le spectacle le réjouisse.

"- Je vous laisse voir le monde avec vos yeux d'aveugles. Je n'ai aucune envie de voir que ce que j'ai entendu se réalise, sinon je n'aurais pas pris le temps de tenter de vous prévenir. Cette petite période terminée je vais vous laisser terminer votre repas. Puissiez-vous renaître en ce lieu et vous ouvrir à toutes les possibilités. Le pouvoir sans le savoir et sans l'esprit critique le pouvoir n'est rien."

Il coupa la conversation en sortant un livre pour pouvoir le lire. Il n'avait pas envie de parler avec une personne qui ne voulait pas tenter de voir autrement. Mais ce n'était pas important. Il avait des choses à connaitre, des potions a comprendre et puis une explication a préparer pour aller voir l'infirmière. C'était le plus stressant pour lui. Car elle allait définir la suite de sa vie. Et l'arrivée de ce Valen était une mauvaise chose pour lui. Il était suivit par une ombre protectrice pour le moment, mais quand elle partirait cela sera un tournant de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Sam 30 Nov - 0:09

Durant l'espace d'un instant, le jeune Fawley avait espéré que l'autre comprenne que changer de vision sur sa famille n'était pas simple, mais c'était peut être un peu trop demander à ce jeune homme orgueilleux que de penser à se remettre en question. C'était une attitude typiquement noble, au sens hiérarchique du terme, la plupart des sangs purs ne pensaient pas que les autres puissent avoir des choses intéressantes à dire … ils pensaient avoir le monde entre leur mains, ils se trompaient.
Alwyn était condescendant, hautain, sans s'en rendre compte, il sabordait le peu de contrat social qu'il arrivait à mettre en forme. Peut être était il définitivement irrattrapable ? Valen ne lui souhaitait pas, il avait essayé de mettre de la bonne volonté, sans résultats. On ne pourrait pas lui en vouloir d'avoir essayé d'aider ce pauvre être antisocial.

"- Je vous laisse voir le monde avec vos yeux d'aveugles. Je n'ai aucune envie de voir que ce que j'ai entendu se réalise, sinon je n'aurais pas pris le temps de tenter de vous prévenir. Cette petite période terminée je vais vous laisser terminer votre repas. Puissiez-vous renaître en ce lieu et vous ouvrir à toutes les possibilités. Le pouvoir sans le savoir et sans l'esprit critique le pouvoir n'est rien."

Le jeune Fawley retint une remarque acerbe justifiée, qu'il commence par se remettre en question, et là il pourrait tenir ce genre de discours, auquel cas il ne faisait que piètre figure.
Fin de la conversation.
Le prétendu voyant sortit un bouquin, se désintéressant donc de celui qu'il avait offensé de par son attitude, pauvre bougre, la vie ne devait pas être très facile avec son intellect limité. La consanguinité n'avait pas que du bon chez les sangs purs.

Haussant les épaules, Valen tritura encore un peu sa nourriture, cette conversation lui ayant définitivement coupé l'appétit, il décida de ne pas chercher plus loin, mieux valait oublier cette déroutante entrevue.
Juri, voyant que la conversation se terminait, revint à sa place, interrogeant du regard son sir avant de lui demander à voix basse, suffisamment pour que l'autre ne puisse pas entendre :

«Qu'est ce qu'il a dit ?»

Le jeune homme fit une sorte de grimace avant de lui répondre également à voix basse.

«Rien de bien cohérent ou intéressant … si cela peut te rassurer.»

Il ne mentait pas en disant ça, il souhaitait passer à autre chose, oublier cet incident, vivre sans, et faire ce pourquoi il était là, apprendre à maîtriser la magie.
Ombres ou pas, ce qui importait c'était le sorcier qui tenait la baguette, un mort n'avait aucun pouvoir, pas même spirituel, c'était ce que pensait Valen en tout cas. Qu'importe, s'il fallait être au dessus de tout ça, il s'élèverait.
Un nom n'avait jamais fait un sorcier, une ombre non plus d'ailleurs.

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"
Revenir en haut Aller en bas
Alwin T. Gaunt

Cinquième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Mar 3 Déc - 11:49

Alwin avait délivré son message. Il savait bien que l'autre n'allait pas le croire. Mais ce n'était rien de trop grave car l'enfant aller découvrir la réalité du monde assez tôt, ouvrir ses yeux d'aveugles et entendre enfin les rumeurs. Car il savait que d'autres avaient des "dons" étranges. Il ne pouvait pas être le seul a avoir cela. Il était juste un peu trop envahit par ses visions pour certains. Il avait des absences simplement. D'ailleurs alors qu'il lisait un livre il commença à chantonner. Ce livre était très rare car c'était une rédaction de la famille Gaunt. Il apprenait à connaître ses ancêtres, mais surtout il cherchait à savoir si une autre personne de sa famille aurait put avoir ce don ou cette malédiction. C'était au choix. D'ailleurs il chantonnait ce que l'ombre bienfaisante du jeune Fawley chantonnait tout le temps. Il le faisait sans réfléchir. Obscure raison ... Bon il était le seul dans sa famille. Après un été à tout étudié il en était sûr. Mais lire était une manière de couper toute conversation. Le jeune Alwin décida de tout laisser tomber pour pouvoir aller voir la fondatrice Poufsouffle et accessoirement l'infirmière de Poudlard. Il quitta la pièce et le pauvre mort en sursis pour aller trouver la personne qui pourrait l'aider à se contrôler enfin. Il pouvait toujours rêver non ? Le monde allait changer au fur et à mesure et il n'avait pas envie de le voir en étant pris pour un fou.
Revenir en haut Aller en bas
Valen K. Fawley

Quatrième année
avatar
En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   Sam 7 Déc - 16:43

Alwyn Gaunt. Valen allait devoir se souvenir de ce nom, classé dans les personnes à éviter pour cause de démence. Dans le fond, Val était sûr que ce bougre n'était pas mauvais, mais il fallait bien se rendre à l'évidence que discuter avec lui ne servait tout bonnement à rien, si ce n'était vexer Juri qui, rappelons le, n'avait rien demandé d'autre que l'habituelle politesse due à la noblesse de sang.
Alors quand ce dernier décida de bouger de la table de banquet, il y eut comme un soulagement, l'atmosphère se détendit d'un coup, comme si ce cher Alwyn était plus un boulet pour les autres qu'autre chose.
On jeta quelques regards à celui qui avait discuté avec le paria, ce dernier baissa les yeux et haussa les épaules, moyen de se décharger de cette contrainte sociale devenue … gênante. Il allait falloir qu'il se trouve des amis, et cette petite discussion ne jouerait probablement pas en sa faveur.
Mais qui savait, Poudlard était un lieu de secret.

Visiblement, on allait avoir du mal à comprendre Valen après ce qu'il venait de se passer. Comment expliquer qu'un fou vienne vous parler sans passer soi même pour un cinglé ? Mentir ? Non, pas le genre de la maison. Dire la vérité et passer pour un dingue ? Non, à éviter, donc il faudrait éviter d'en parler.
Soupirant, le jeune homme vit déjà la galère dans laquelle il allait se trouver, mais mieux valait ne pas y penser.

Juri semblait déjà avoir oublié le cas Alwyn Gaunt, mais pour son maître, c'était plus compliqué. Il avait beau penser que ce type était fou, il n'arrivait pas à enlever de sa tête cette histoire d'ombres. Et si il se trompait sur sa mère ? Si elle était vraiment une meurtrière, une femme de mal ? Penser que sa génitrice puisse être vicieuse le dérangeait, chose normale après tout.
Ne plus y penser … ne plus y penser, ne plus douter, vivre, c'est tout.

Voyant les autres quitter la table, le jeune homme ne sut pas vraiment quoi faire, il était nouveau, ne savait pas où était sa chambre et si sa servante l'accompagnerait, de ce fait il attendit, cherchant de l'aide du regard.
Quelle vie de merde que celle d'un noble à Poudlard.
Mais la vie était ce qu'elle était … la suite était une autre histoire.

_________________

 "Rien ne vit qui jamais ne meurt"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

En savoir plus
MessageSujet: Re: Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ombres de ton nom [Pv'Alwin](terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Ombres
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Initium :: 
Poudlard
 :: Les Lieux de Vie :: La Grande Salle
-